Gabon : Ali Bongo en colère après l’interpellation de Maixent Accrombessi à Paris

L’interpellation du directeur de cabinet du Président gabonais Ali Bongo Ondimba, Maixent Accrombessi Nkani, le 3 août 2015 à Paris, a été fermement condamnée par la Présidence du Gabon, même s’il a été relâché dans la soirée.

A Libreville,

L’interpellation de Maixent Accrombessi, le 3 août 2015, à Paris par la police judiciaire de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), dans le cadre d’une enquête pour « corruption d’agent public étranger » a été considérée au palais du bord de mer de Libreville comme une humiliation et une atteinte à la République. Dans un communiqué officiel, la Présidence gabonaise a déploré « la garde à vue » de l’intéressé, qui se trouvait en France dans le cadre d’une mission officielle.

« Cette mesure est d’autant plus condamnable que d’une part, elle porte sur une affaire qui ne présente aucun lien avec les fonctions de directeur de cabinet, et que d’autre part, elle a fait l’objet d’une mise en scène dont le seul but était d’humilier l’intéressé, et, par delà sa personne et sa fonction, de porter atteinte à la République gabonaise », souligne le communiqué de la Présidence. Ce n’est pas tout, puisque « la présidence de la République proteste vivement contre cette manière de faire qui devient récurrente et viole les principes fondamentaux et les pratiques du droit international », ajoute le texte.

Maixent Accrombessi a été interpellé dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte le 9 juillet 2007 pour « corruption d’agent public étranger » et « blanchiment ». L’enquête porte sur un contrat de 7 millions d’euros passé entre le ministère gabonais de l’Intérieur dirigé à l’époque par Clotaire Christian Ivala et la société MARCK spécialisée dans la confection d’équipements sécuritaires. Les enquêteurs français cherchent à savoir si la société MARCK a versé de l’argent au directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba en contrepartie de l’attribution du marché.
La classe politique de l’opposition gabonaise n’a pas encore réagi officiellement sur cette affaire qui, sans doute, participera à discréditer davantage « le très puissant bras droit » d’Ali Bongo Ondimba.