Colombie : Les Afrodescendants invisibles de Cali

La ville de Cali et la Colombie en général prétendent ne pas être racistes, mais les noirs qui vivent dans la ville et qui selon les statistiques atteignent 26, 4% de la population affirment le contraire.

Ils indiquent qu’en Colombie et à Cali, la discrimination, le racisme, l’exclusion de tout ce qui est lié aux afrodescendants se faire sentir.

Les afro descendants se sentent exclus de presque tout : santé, logement, services publiques, éducation, la politique, le marché de l’emploi, mais leur réclamation principale est centrée sur le faire qu’on leur reconnaisse la dignité d’être humain qu’ont les hommes et les femmes noires de Colombie.

La population noire de Cali et de la Colombie n’est pas convaincue par le discours selon lequel leurs concitoyens ne les excluent pas, ne sont pas racistes, n’ont rien contre les noirs, car la réalité est tout autre.

Il existe un racisme subtil, mais très évident. Le fait qu’ils aient un rôle déterminé, par exemple, que les femmes noires servent uniquement pour les emplois domestiques est discriminatoire, exclusif et raciste.

Les négritudes du pays, et spécialement celles de la ville de Cali et de la Valle del Cauca en général sont conscientes que la structure de la Valle est clairement socialement raciste et la subordination ( dépendance )des communautés afro dans le département est très notoire. Ce sont eux qui profitent le moins de tout ce qui est lié au bien-être social et ce sont eux qui souffrent le plus, en plus d’avoir une longue histoire de dépouillement, puisque leurs terres qu’ils avaient auparavant rendu viables et cultivables leurs ont été arrachés.

L’histoire des afrodescendants a toujours été abordée en partant de l’esclavage et leur contribution au développement de la région ou du pays n’a jamais été pris en compte.

La société en général, consciemment ou inconsciemment a ségrégué tout ce qui est afrodescendant dans son entourage, et les choses étant comme elles sont à Cali, l’une des villes qui en tant que territoire possède plus de musées, le noir et sa culture y sont invisibles, il n y a même pas de monuments liés aux faits mémorables les concernant, liés à leur histoire, ils sont totalement invisibilisés. On dirait qu’il existe un complot social pour que le noir ne soit pas présent dans la ville.

Les afrodescendants à Cali se sont imposés un devoir, celui de rendre visible le racisme existant de manière à l’éliminer peu à peu.

Il a été proposé, par diferentes entités et groupes d’actions, de mettre en évidence la place à laquelle a été relégué la race noire par les blancs et les métisses, non pas comme une déclaration de guerre, mais pour susciter la prise de consciente de telle sorte soit effacé de l’imaginaire collectif cette idée qui semble rester permanente en tous et selon laquelle les noirs ne sont pas des êtres humains.

 Manuel Tiberio Bermúdez, Journaliste indépendant, Cali

Source: Actualidad Colombiana, Boletín Quincenal, Edición 447, marzo 12 – 26 de 2007