Avec l’incroyable Okapi… Le Congo démocratique sous toutes ses facettes…

L’Exposition photographique de l’artiste Zadic Kangufu Magila à l’UNESCO, du 27 au 31 mai 2013… Permet une traversée bouleversante du patrimoine culturel, historique et touristique de la République Démocratique du Congo

Chaque année, pendant le mois de mai, le groupe Africain de l’UNESCO organise une manifestation culturelle.

Les pays de Nelson Mandela et de Léopold Sédar Senghor sont mes repères pour associer mon travail de photographe publicitaire et mon activité de cadreur, dont l’objet est la promotion du patrimoine culturel, historique et touristique de la République Démocratique du Congo. L’UNESCO, organisme qui détermine la liste des sites classés au patrimoine mondial sera aussi une référence parmi les œuvres d’art que j’exposerai.

L’histoire nous rappellera les luttes menées par certaines figures emblématiques, telles que Nelson Mandela et Desmond Tutu, pour mettre fin à l’apartheid. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, et appartenant à l’histoire du Sénégal, pays du poète et homme d’Etat Léopold Sédar Senghor, l’île de Gorée est un site témoin d’une grande partie de l’histoire de l’esclavage en Afrique.

M’appuyant sur la vie de ces personnages qui ont exercé une influence internationale, je présenterai dans mon stand, les supports pédagogiques concernant des personnalités qui ont joué un rôle historique au sein de la République Démocratique du Congo.

Ainsi en est-il de ceux qui ont lutté pour l’indépendance. Citons les exemples du Premier ministre Patrice Emery Lumumba, ou le prophète Simon Kimbangu… morts au Katanga, la province minière où le majestueux fleuve Congo puise sa source à Mumena.

De même, j’exposerai ma photographie de la plage Kumbi à Nsiamfumu dans la province du Bas-Congo. Ce site est l’équivalent de l’Ile de Gorée au Sénégal, et fut le lieu d’embarquement des Congolais destinés à l’esclavage.

Dans l’un des cinq parcs classés par l’UNESCO en République Démocratique du Congo, vit un animal protégé et unique au monde : l’Okapi.

Préservons, rendons utile et agréable notre patrimoine. Héritage collectif reçu au fil des ans, il est le signe de la reconnaissance de notre identité.

PAr Zadic Kangufu Magila