26 novembre 2014 / Mis à jour à 21:32 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
France - Gabon - International - Justice - NTIC - Crime et banditisme - Trafic
Le Gabon suspend le nouveau site du fondateur de MegaUpload
Kim Schmitz, le fondateur de MegaUpload
Kim Schmitz, baptisé "Kim Dotcom", n’a pas renoncé à lancer un nouveau site pour relancer MegaUpload. Son site Me.ga, géré par le Gabon, vient d’être suspendu par les autorités gabonaises. Ces dernières lui reprochent de vouloir rediriger « le trafic vers un site hébergé en France et à partir duquel l’ensemble des données et des fichiers est accessible en ligne ».

Kim Dotcom a du souci à se faire. Le fondateur de MegaUpload, Kim Schmitz baptisé "Kim Dotcom", tente en vain de lancer un nouveau site pour relancer son ancienne plateforme de visionnage de films, séries et documentaires en ligne. Les autorités gabonaises viennent, en effet, de suspendre son site Me.ga, géré par le Gabon. On lui reproche de vouloir rediriger « le trafic vers un site hébergé en France et à partir duquel l’ensemble des données et des fichiers est accessible en ligne ».

« Le Gabon ne peut servir de plate-forme ou d’écran dans la commission d’actes qui viseraient à violer les droits d’auteur en général, ni être instrumentalisé par des personnes peu scrupuleuses », indique le ministre de la Communication et de l’Economie numérique gabonais, Blaise Louembé. Et d’ajouter « J’ai instruit mes services afin que le site www.me.ga soit immédiatement suspendu » pour « protéger les droits en matière de propriété intellectuelle » et « lutter efficacement contre la cybercriminalité ».

Les Etats-Unis réclament son extradition

Les autorités américaines réclament toujours l’extradition de Kim Dotcom. Le fondateur de MegaUpload a été arrêté, en janvier 2012 en Nouvelle-Zélande, pour enrichissement illicite estimé à 175 millions de dollars américains (135 millions d’euros). Une somme colossale qui proviendrait directement du rendement de son ancien site de streaming.

« Pour son nouveau service, le ressortissant allemand, qui clame son innocence, avait choisi une adresse Internet utilisant le code pays ".ga", géré par le Gabon. En évitant un nom de domaine en ".com", par exemple, le fondateur de MegauUpload s’estimait moins exposé aux saisies de noms de domaines », signale LeMonde.fr.

Kim Dotcom, de son vrai nom Kim Schmitz, n’a sans doute pas dit son dernier mot. Pour l’heure, MegauUpload et Me.ga sont interdits à la consultation.


lire aussi
Les autorités de Libreville veulent adopter l’anglais comme 2e langue officielle du pays, après le français. L’adoption du bilinguisme permettra au Gabon de pénétrer dans la sphère anglo-saxonne et de...

Le personnel de la radio panafricaine, Africa n°1, accuse trois mois d’arriérés de salaire, selon les responsables syndicaux de cette radio, qui sollicitent le soutien du gouvernement gabonais pour...

L’industrialisation de la filière bois est actuellement considérée par le gouvernement comme un des axes majeurs de la diversification de l’économie nationale. L’objectif des autorités de Libreville :...

Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba a ouvert une série de consultations mercredi au Palais de la présidence de la République avec les leaders politiques du pays et ce jusqu’à vendredi. Ces...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles