Zimbabwe : Mugabe limoge plusieurs ministres

Le Président zimbabwéen, Robert Mugabe, a annoncé qu’il limogeait deux ministres et cinq vice-ministres, qu’il considère comme ses ennemis.

Robert Mugabe poursuit les limogeages au sein du pouvoir. Le Président zimbabwéen a annoncé, dimanche soir, qu’il se séparait de deux ministres d’Etat, à la présidence et à la vice-présidence, ainsi que de cinq vice-ministres (de la Santé, de la Justice, des Affaires rurales, du Travail et des Transports). Il poursuit ainsi une purge entamée au début du mois contre les alliés de l’ancienne vice-présidente, Joice Mujuru, écartée de la direction de la Zanu-PF, le parti au pouvoir, au début du mois, après avoir été accusée d’incompétence, de corruption et de complot pour assassiner Robert Mugabe.

Les raisons de ces limogeages ? « Leur conduite et leur performance n’ont pas atteint les niveaux requis », selon un communiqué de la Présidence. Joice Mujuru a longtemps été considérée comme l’héritière du Président, âgé de 90 ans, au pouvoir depuis 1980. Pour la remplacer, Robert Mugabe a nommé le ministre de la Justice Emmerson Mnangagwa, un dur du régime, rival de Joice Mujuru. Il lui a laissé les clefs du pays pendant son mois de vacances en Extrême-Orient, jusqu’à la mi-janvier.

Emmerson Mnangagwa, 68 ans, est toujours très influent au sein de l’armée et de la police, qu’il a autrefois dirigées. Il était ministre de la Sécurité nationale dans le premier gouvernement zimbabwéen après l’indépendance, en 1980. D’où son surnom de « vieux crocodile ».