Une association tunisienne dénonce le manque de mesures prises par la Suisse pour restituer les avoirs de Ben Ali

L’Association tunisienne pour la transparence financière (ATTF) déplore le manque de mesures prises par la Confédération pour restituer les avoirs du président tunisien déchu. Depuis le gel des actifs de la famille Ben Ali en janvier, «peu a été entrepris pour rendre ces fonds au peuple tunisien», juge Sami Remadi, président d’ATTF, cité dans les colonnes du quotidien suisse Le Matin. Créée en mars dernier, l’ONG s’est donnée pour objectif de faire pression sur les gouvernements et les institutions financières afin d’aider l’Etat tunisien à récupérer l’argent transféré illégalement à l’étranger. Or, selon son président, même si la Suisse a été la première à geler les avoirs de l’ancien dictateur, il juge dérisoire la somme de 60 millions bloqués. «Nous sommes des citoyens de seconde zone et nos demandes sont sans réponse. Ils agissent différemment avec nous» qu’avec les Libyens. La Suisse ayant reçu la semaine dernière l’autorisation de l’ONU de débloquer 350 millions de francs du régime libyen déchu. « Les peuples ont le droit à leur richesse» rappelle-t-il.