Tunisie: un projet de loi encadre les financements politiques

Un projet de loi interdisant tout financement étranger aux partis politiques tunisiens vient d’être adoptée par la Haute instance, organisme chargée de la transition post ben Ali. Ce texte, qui doit maintenant être soumis à l’approbation du gouvernement a été adopté à une très large majorité, mais Ennahda, le parti islamiste, et le Congrès pour la République (CPR) de Monsef Marzouki, ancien président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme, ne font plus partie de cette Haute Instance, critiquant son fonctionnement et sa légitimité. Ce projet de loi vise avant tout Ennahda soupçonné de récolter des fonds provenant des pays du golfe. Mais à ce jour, seul 2 à 3% des tunisiens ont fait les nouvelles démarches nécessaires afin de pouvoir voter lors des prochaines élections prévues le 23 octobre prochain. Il reste donc encore du chemin à faire pour réinscrire la population sur les listes électorales.

Lire aussi : Tunisie : l’ère Ben-Ali n’est toujours pas révolue