Tunisie : l’ambassadeur de France dérape

1482778_3_8907_des-manifestants-a-tunis-samedi-19-fevrier.jpg

A peine arrivé, le nouvel ambassadeur de France en Tunisie a provoqué la colère des journalistes et de l’opinion publique en refusant de manière abrupte et méprisante de répondre aux questions qui lui étaient posées sur « l’affaire Alliot-Marie ».

Beau succès pour Boris Boillon dès son arrivée à Tunis : un appel à manifester à été lancé sur facebook, le 19 février 2011, pour réclamer son départ immédiat.

Lors de sa première rencontre avec les journalistes, le nouvel ambassadeur, s’est comporté de manière inattendue et peu diplomatique en traitant de débiles les questions qui lui étaient posées par une journaliste à propos des déclarations malheureuses de Michèle Alliot-Marie, ministre française des Affaires étrangères, et de ses liens avec des proches de Ben Ali.

« Boillon dégage! »

1482778_3_8907_des-manifestants-a-tunis-samedi-19-fevrier.jpg

Le jeune ambassadeur proche de Nicolas Sarkozy a immédiatement fait l’objet d’une vive critique de la part de l’ensemble des journalistes présents qui se sont étonnés de ses propos sur la nouvelle philosophie qui inspirait son action, et dont la pratique paradoxale était le refus du dialogue.

500 manifestants se sont réunis le samedi 19 février 2011 sous les fenêtres de l’ambassade de France, avenue Bourguiba, scandant « Boillon dégage ! » Avec cette arrivée en fanfare Boris Boillon aura du mal à changer l’image actuelle de la France en Tunisie.