Torture : huit ans de prison ferme pour l’ex vice-consul tunisien

La cour de justice du Bas-Rhin a rendu son verdict lundi soir. L’ex vice-consul de Tunisie à Strasbourg a été condamné à huit ans de prison ferme pour avoir ordonné des actes de torture et de barbarie à l’encontre de Zoulaikha Garbi en 1996 alors qu’il était commissaire de police à Jendouba, en Tunisie. « Je me réjouis pour toutes les femmes tunisiennes qui ont connu le même sort que moi », a déclaré la victime en apprenant la sentence. Ses bourreaux l’ont torturée dans l’espoir d’obtenir d’elle des aveux concernant son mari, un opposant islamiste au pouvoir de Ben Ali, réfugié politique en France. « C’est une avancée supplémentaire dans la lutte contre l’impunité des tortionnaires et un signal fort lancé aux autorités tunisiennes », a indiqué Patrick Baudouin, président d’honneur de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH). Le Monde rappelle que l’inculpé est toujours en fuite.