Tchad : trois activistes arrêtés au cours d’une manifestation violemment réprimée par les forces de sécurité

En réaction à la dispersion violente ce matin d’une manifestation pacifique de la société civile dont au moins trois membres sont arrêtés dans la capitale tchadienne N’Djamena, Alioune Tine, directeur régional pour l’Afrique occidentale et centrale à Amnesty International a déclaré : La dispersion violente de la manifestation pacifique de ce matin, l’arrestation de responsables de la société civile et l’agression contre un journaliste montrent que les autorités tchadiennes ne sont pas prêtes à mettre un terme à la répression et à la censure.

La restriction de l’accès à Internet tout comme l’ordre donné aux opérateurs de téléphonie mobile d’envoyer des messages informant de l’interdiction d’une manifestation pacifique, constituent une violation flagrante du droit à la liberté d’expression qui implique le droit à rechercher et recevoir les informations par quelque moyen que ce soit.

Toutes les personnes arrêtées n’auraient jamais dû l’être. Elles n’ont fait qu’exercer leur droit à participer à une manifestation pacifique et non violente et doivent immédiatement être libérées sans conditions.