Sénégal : 16 villages renouent avec l’initiation au bois sacré

Seize villages de Casamance, dans le sud du Sénégal, ont renoué ce week-end avec les rites d’initiation dans le “bois sacré”, pour préparer les hommes de l’ethnie diola à devenir des personnes responsables et soudés, rapporte Au fait Maroc. Le village de Kaodioul (150 habitants) a été le premier à ouvrir son “bois sacré”, samedi, dans le département de Bignona, au nord de Ziguinchor. Le “bukut” ou initiation, en diola, n’y avait pas été organisé depuis 1968. “Il a fallu que la jeune génération menace d’aller se faire initier ailleurs pour que les sages décident de réactiver le bois sacré!”, explique un habitant. Dans la culture diola, “un adulte non initié n’a pas le droit de participer aux concertations quand des décisions importantes doivent être prises concernant son village ou sa communauté”, a expliqué un des responsables de l’organisation, Bernard Badji, 63 ans. Dans le secret de la forêt, “on apprend au jeune à parler sans parler, avec un bâton… Comment il doit respecter ses parents ou se comporter avec le bien d’autrui”, énumère un octogénaire.