RDC : poursuite du dialogue national, Tshisekedi en embuscade

En République démocratique du Congo (RDC), le dialogue politique se poursuit en présence d’Edem Kodjo, le facilitateur désigné par l’Union Africaine, mais boudé par une partie de l’opposition menée par Etienne Tshisekedi.

En République démocratique du Congo (RDC), le dialogue politique se poursuit ce lundi, en comité restreint, en présence d’Edem Kodjo, le facilitateur désigné par l’Union Africaine.

Malgré les divergences sur le calendrier proposé par la commission électorale, qui prévoit d’organiser l’élection présidentielle en novembre 2018, la majorité et l’opposition entament des négociations directes. Ce lundi 3 octobre 2016, les discussions portent essentiellement sur la date du scrutin présidentiel, qui, selon l’opposition, doit être rapprochée. Dans le même temps, cette élection présidentielle doit être maintenue à 2018, selon des représentants de la majorité présidentielle.

Initialement prévue pour fin 2016, la commission électorale a annoncé, samedi, que la Présidentielle pourrait être organisée en novembre 2018. Le projet d’accord politique, qui prévoit la nomination d’un Premier ministre issu de l’opposition, prévoit en outre le maintien du Président Joseph Kabila au pouvoir, jusqu’à l’élection de son successeur. Un accord politique pourrait être signé dès la fin de cette semaine, si les deux parties trouvent un compromis.

Une grande partie de l’opposition menée par Etienne Tshisekedi, qui compte publier un plan de sortie de crise incluant une proposition de calendrier électoral, boude ces assises et compte se réunir, ce mardi 4 octobre 2016, à Kinshasa.