Ouganda : Museveni attaque les juges sur la décision de la limite d’âge

La semaine dernière, les cinq juges; Le juge Alphonse Owiny-Dollo, Remmy Kasule, Cheborion Barishaki, Elizabeth Musoke et Kenneth Kakuru dans des jugements rendus à la Haute Cour de Mbale ont annulé l’amendement constitutionnel par lequel le mandat du parlement actuel a été prolongé de 5 à 7 ans.

Les juges ont déclaré que la prorogation était erronée et que la Constitution ne prévoyait l’extension du parlement qu’en cas d’urgence,  pour six mois seulement. Les juges ont déclaré que les membres du parlement avaient commis une erreur de droit en votant pour prolonger leur mandat et celui des gouvernements locaux sans consulter le peuple ougandais.

Le président Yoweri Kaguta Museveni a, dans un article sur sa page Facebook, attaqué cette décision des juges de la Cour constitutionnelle. Museveni qui est actuellement en Afrique du Sud dit qu’il est regrettable que les juges passent plus de temps sur la forme que sur le fond. Avec la durée de 5 ans, beaucoup de temps est consacré aux élections et moins de temps au développement. Les deux premières années s’installent, la troisième année quelques travaux dans la circonscription, puis, à nouveau, la quatrième année, la campagne électorale « , explique Museveni.

Il ajoute que les juges ne sont pas responsables du pays et que si les députés du NRM suivent ses directives et sont étroitement liés au peuple, grâce à la richesse et à la création d’emplois, ils peuvent, avec le peuple, effectuer les réformes constitutionnelles nécessaire. « La Constitution devrait faciliter la modernisation de l’Ouganda et l’intégration économique et politique de l’Afrique pour la survie des peuples d’Afrique en tant que peuple libre, pas seulement être le théâtre de la démocratie de forme sans aborder la substance« , écrit Museveni.

Il a déclaré que les juges auraient dû prendre en considération les récentes élections au Conseil local et aux conseils des femmes et des comités qui ont donné une victoire massive au NRM, peu après la limite d’âge et le débat sur l’extension à sept ans