Maroc, Sahara, Algérie : cette correspondance entre Ban Ki-moon et Mohammed VI qui a fuité

Le conflit entre le Maroc et le Secrétaire général des Nations Unies joue les prolongations avec un nouveau front ouvert suite à la fuite d’une lettre que Ban Ki-moon avait adressée au roi Mohammed VI.

Le Maroc est très remonté contre la fuite d’une lettre de Ban Ki-moon adressée à Mohammed VI. Lors d’un point de presse tenu jeudi à New York, Omar Hilale, représentant permanent du royaume à l’ONU a, selon Yabiladi, exprimé, « la consternation et l’incompréhension du Maroc à l’égard » de cet incident.

Selon le diplomate, « nous avons reçu la lettre avant-hier et vingt-quatre heures après elle a été fuitée à certaines parties prenantes, ce qui est contraire à l’éthique onusienne et s’inscrit à rebours des pratiques diplomatiques ». « Nous avons malheureusement constaté que le bureau du porte-parole des Nations Unies est instrumentalisé dans une campagne médiatique contre le Maroc », déplore Omar Hilale.

Enfonçant le clou, le diplomate marocain a révélé que le passage du Secrétaire général de l’ONU dans la zone tampon « a été prémédité », soulignant que le Maroc est en possession de « preuves attestant que tout le scénario a été accepté avant que l’hélicoptère ne décolle ».

Le Maroc est très remonté contre Ban Ki-moon accusé d’avoir utilisé le mot « occupation » parlant du Sahara Occidental lors d’une visite, début mars, dans un camp de réfugié saharaouis en Algérie.