Maroc, Politique : Mohammed VI met en garde les imams

Au Maroc, tout imam qui transformera la mosquée dans laquelle il officie en une tribune politique sera limogé.

Les autorités marocaines ont été on ne peut plus claires. Tout imam qui transformera la mosquée dans laquelle il officie en une tribune politique sera limogé. C’est du moins ce qu’ont indiqué les sites marocains.

Le ministre marocain des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a dans une note de service, prévenu tous les prédicateurs et les imams des mosquées à travers ce pays d’Afrique du Nord, de rester en dehors de tout discours politique. Cette note a été émise à l’approche des élections législatives.

Le ministère marocain des Habous et des affaires islamiques ne s’est pas arrêté là. Il a en effet indiqué qu’il en était de même pour les imams qui souhaitaient se présenter aux prochaines élections prévues au mois de novembre prochain au Maroc. ces derniers doivent, selon l’autorité, impérativement en faire part au ministère un mois avant le dépôt des candidatures. Pour conclure, le ministre a précisé que tout manquement à ces dispositions entraînera le limogeage immédiat de l’imam.

Cette décision n’est en réalité pas une nouveauté au Maroc. On pourrait même considérer que c’est le prolongement d’une mesure prise il y a quelques années par les autorités marocaines. En effet, un regard dans le rétroviseur nous ramène au mois de juillet 2014, alors que le roi Mohammed VI interdisait aux imams de faire de faire de la politique.