Maroc, Chantage au roi Mohammed VI : les enregistrements audios rejetés

Dans le cadre de l’affaire dite du chantage au roi Mohammed VI par les journalistes Catherine Graciet et Eric Laurent, la Cour de cassation a déclaré les enregistrements clandestins réalisés par l’avocat du souverain irrecevables.

Rebondissement dans le cadre de l’affaire dite du chantage au roi Mohammed VI par les journalistes Catherine Graciet et Eric Laurent. En effet, la Cour de cassation française a déclaré, ce mardi 20 septembre 2016, les enregistrements clandestins réalisés par l’avocat du roi, Hicham Naciri, irrecevables.

La cour, dans sa décision, considère que les enregistrements ont été menés « sans le consentement des intéressés » et avec la participation « indirecte des enquêteurs », ce qui « porte atteinte aux principes du procès équitable et de la loyauté ».

Pour sa part, l’avocat de Catherine Graciet parle d’une « grande victoire », alors que le conseil d’Eric Laurent est d’avis que « la Cour de cassation sanctionne la manipulation et le piège mis en œuvre par les plaignants. ».

Les deux journalistes français sont soupçonnés d’avoir voulu extorquer 3 millions d’euros au roi du Maroc pour l’abandon d’un livre « compromettant » sur la famille royale ». Catherine Graciet et Eric Laurent ont été interpellés le 27 août 2015 après une rencontre avec l’avocat du Maroc qui venait de leur remettre une avance.