Lutte anti drogue : l’ONU renforce les capacités de l’aéroport de Dakar

Le chef de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yury Fedotov, a inauguré mercredi un groupe de travail pour renforcer la capacité de l’aéroport international de Dakar, la capitale du Sénégal, à intercepter des cargaisons illicites de drogues que des trafiquants tentent de faire passer à travers cette plateforme aéroportuaire majeure en Afrique de l’Ouest. Yury Fedotov a lancé les opérations de la Cellule aéroportuaire anti-trafics de Dakar, dans le cadre du projet AIRCOP, une initiative destinée à améliorer l’échange d’informations et de renseignements entre aéroports.

La cocaïne sud-américaine en route pour l’Europe transite par l’Afrique par voie aérienne et maritime. En 2010, l’ONUDC, l’Organisation mondiale des douanes et Interpol ont lancé AIRCOP en vue d’améliorer l’échange d’;informations et les contrôles sur la base de renseignements et ce, dans 20 pays participant en Amérique Latine, dans les Caraïbes, en Afrique et en Europe. Dans le cadre de ce projet, des cellules aéroportuaires anti-trafics opèreront 24 sur 24h dans les 20 aéroports internationaux concernés. La cellule de Dakar compte 21 membres issus de la douane, de la police et de la gendarmerie.

« Ceci marque une étape importante étant donnée l’importance de la position de Dakar en tant que carrefour aérien. J’appelle la communauté internationale à fournir l’assistance nécessaire aux pays de façon à ce qu’ils puissent assurer un contrôle total sur leurs côtes et espace aérien et par la suite mener des enquêtes sur les affaires relevant de la criminalité organisée et du trafic de drogues », a dit Yury Fedotov.