L’huile de palme sauvage de Guinée Bissau

Les palmiers à huile (Elaeis guineensis) sont nés il y a des milliers d’années dans les forêts d’Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, la Guinée Bissau abrite encore de nombreux palmiers sauvages qui produisent une huile rouge très utilisée pour les recettes traditionnelles.

Les communautés locales continuent à récolter les grandes grappes de fruits rouges et les traitent de manière artisanale pour obtenir une huile dense de couleur orange avec des senteurs de tomate, de fruits et d’épices. L’huile délicieuse est très nutritive, contenant à la fois des caroténoïdes et de la vitamine E. Traditionnellement, les hommes cueillent les fruits tandis que les femmes sont en charge de la procédure de traitement longue et laborieuse.

Bien que la technique varie légèrement selon la région et le groupe ethnique (par exemple Balanta ou Manjaca), un certain nombre d’étapes sont essentielles pour obtenir un produit de haute qualité. Les grappes récoltées sont d’abord laissées quelques jours, recouvertes de feuilles de bananier, jusqu’à ce qu’elles se ramollissent et que les fruits soient plus faciles à enlever. Les fruits sont ensuite séchés au soleil pendant un ou deux jours avant d’être bouillis dans un chaudron d’eau. Ensuite, les femmes commencent la longue et laborieuse opération manuelle de séparation des grains de la pulpe du fruit. L’eau chaude et froide est ensuite ajoutée alternativement à la pulpe pour faciliter l’extraction de l’huile, et les femmes commencent à presser la pulpe avec leurs mains. Lorsque l’huile remonte à la surface, ils la recueillent et la séparent de l’eau. Ce processus est répété plusieurs fois.

L’huile de palme et les fruits frais du palmier sont des ingrédients essentiels de la cuisine traditionnelle, cuisinés avec de la viande, du poisson, des légumes ou du riz.

 

La demande internationale d’huile de palme, facile à produire et rentable, a augmenté au cours de la révolution industrielle. Les pays d’Extrême-Orient ont commencé à investir dans ce produit à partir de la fin du XIXe siècle et, en 1966, la Malaisie et l’Indonésie avaient dépassé la production totale d’huile de palme en Afrique. Les deux pays asiatiques restent les premiers producteurs mondiaux, contrôlant 90% de la production mondiale avec une production de plus de 45 millions de tonnes. Au cours des 20 dernières années, la superficie consacrée à la culture de l’huile de palme a triplé et des millions d’hectares ont été déboisés pour faire place à des monocultures intensives.

L’huile de palme raffinée, blanchie et désodorisée utilisée dans de nombreux aliments utilisé dans la production industrielle ne ressemble en rien à la sauce épaisse et parfumée utilisée pour la cuisson du poisson et des légumes en Guinée-Bissau.

Le Présidium a été créé en 2011 et a commencé à travailler avec une coopérative dans le nord du pays. Mais le but est de l’étendre à d’autres parties du pays, en promouvant l’huile de palme artisanale de Guinée-Bissau au niveau international et national. L’huile, fabriquée uniquement à partir de palmiers à huile dura, est produite en parfaite harmonie avec l’environnement et contribue à protéger les forêts et la culture locale.

 

Voir la recette : Aloko bananes plantain à l’huile de palme rouge