Levée de boucliers contre le ticket présidentiel à la sénégalaise

Lé décision d’Abdoulaye Wade d’instaurer un système à l’américaine, avec l’élection conjointe d’un président et d’un vice président entraîne une levée de boucliers de la société civile sénégalaise et de l’opposition. Pour Alioune Tine, président de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (RADDHO), il s’agit d’une manipulation et d’un « coup d’Etat institutionnel », de nombreuses voix s’élevant pour dénoncer le fait qu’Abdoulaye Wade chercherait ainsi à choisir lui même son successeur. Mais la BBC Afrique relève un autre point important du projet de loi et explique qu' »une des dispositions du projet déjà envoyé à l’assemblée nationale, prévoit la possibilité d’une victoire au premier tour avec 25% seulement des suffrages exprimés », un point qui remet totalement en question le principe de l’élection présidentielle à deux tours qui existe actuellement.