Les rebelles sanctionnées par quatre pays des Grands Lacs

Ouganda, Rwanda, République démocratique du Congo (RDC) et Burundi doivent se prononcer sur les sanctions à l’encontre des groupes rebelles qui n’ont pas respecté le « désarmement volontaire » à la date butoir du 30 septembre 2005. Interdiction d’accès à la presse ou à des financements, de discussions, de négociations politiques, de voyages et ou d’obtention de visas sont les sanctions prévues, rapporte Jeune Afrique.