Les politiques camerounais réfléchissent à l’après-Biya

Selon une note diplomatique publiée par WikiLeaks, la succession de Paul Biya, 78 ans, au pouvoir depuis 29 ans et qui devrait être réélu au mois d’octobre prochain pour un nouveau mandat de 7 ans doit être envisagé sous un angle ethnique. Amadou Ali, le ministre de la justice camerounais, aurait expliqué à l’ambassadeur américain, Janet Garvey, que « les nordistes ne supporteraient plus un successeur issu de la même ethnie ou de l’ethnie Bamileke reconnue pour son dynamisme économique » explique RFI, l’ambassadeur américain concluant sa note par « l’élite politique camerounaise est de plus en plus préoccupée à manœuvrer pour l’après-Biya »