Les Harkis ne veulent pas d’instruction de vote

« Nous avons le sentiment désagréable, une fois de trop, d’une prise en otage, par des représentants autoproclamés, de toute une partie de la population que l’on enferme dans un déterminisme électoral sans possibilité d’en sortir jamais », rapporte Harkis.com. C’est la réaction écrite du président des harkis de Reims, Ali Aissaoui, face à l’appel lancé jeudi par le Comité national de liaison des harkis (CNLH) à voter pour Nicolas Sarkozy au premier tour.