Les facultés américaines convoitent les terres d’Afrique

Des facultés américaines veulent, elles aussi, leur part du gâteau foncier africain. De grandes universités comme Harvard ou Vanderbilt feraient l’acquisition de vastes superficies de terres agricoles en Afrique, selon une enquête réalisée par l’Oakland Institute, un institut de recherche militant situé en Californie. Ces contrats d’achat négociés par l’intermédiaire de fonds britanniques ou européens risquent de chasser de leurs terres des milliers de personnes. Les investisseurs étrangers en profitent et les promesses en matière d’offres d’emplois ne sont pas tenues, lit-on dans une enquête du quotidien sud-africain Mail & Guardian publiée sur le site du Courrier International . En 2008, des ONG avaient sonné l’alerte face à la multiplication des acquisitions d’exploitations et de terres agricoles par des Etats et firmes étrangers en Afrique.