L’élection en Côte d’Ivoire twittée

L’interminable attente de l‘annonce des résultats de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire a transformé Twitter en un lieu d’échanges, véritable vivier d’informations.

« 13h50 à Abidjan, toujours pas de résultats de l’élection présidentielle » commente Sander225 sur le fil Twitter #Civ2010. Comme lui, ils sont nombreux à s’être retrouvés sur ce réseau social pour suivre et commenter l’évolution de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Sites d’information, journalistes, bloggeurs, ou simples ivoiriens. L’incertitude de la situation et le besoin d’information ont fait de Twitter un lieu d’échange et de recherche. On y réagît et interagît, d’un ton grave ou avec humour.

Des journalistes sur place, OurmaninAfrica en tête, font partager leurs connaissances de l’évolution de la situation. On y annonce les reports successifs, les différentes rumeurs, dont celle de l’éviction du général Mangou, et les dernières déclarations du représentant du camp présidentiel Damana Adia Pickass. Des informations mises à jour minutes par minutes. Twitter devient alors un étonnant outil journalistique. On y trouve, par exemple, quelques instants après leur déroulement, un fichier audio des conférences de presse du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) et de La majorité présidentielle (LMP).

Les bloggeurs, eux, commentent et précisent les informations qu’ils y trouvent. Palme de l’humour à diabyMohamed qui, suite aux évènements de mardi soir, annonce la création d’un « nouveau verbe dans le Larousse. Pickasser : déchirer les documents officiels pour empêcher leur publication ». Pour Merbyl_web, « les deux candidats nous ont bluffé lors de leur face à face ». « Personne de veut accepter la défaite. Chacun a préparé sa contestation », se désole-t-il. Sarah Baudoua, étudiante ivoirienne, demande, elle, qu’on la tienne informée de « l’annonce des résultats » car elle est « en cours ». Mardi, ils étaient nombreux à relater le calme qui régnait à Abidjan. « A regarder les rues d’Abidjan ont croirait que le couvre-feu est à 14h », pouvait-on notamment lire. C’est la fermeture des magasins de la capitale ivoirienne que l’on apprend mercredi.

De même qu’aujourd’hui, toute la journée de mardi, l’attente de l’annonce des résultats partiels y a entrainé interrogations, et réactions. Vivier d’informations, twitter permet dans le même temps sa diffusion. Les centaines de « followers » suivant les membres de ce fil d’information ont accès à leurs commentaires et peuvent les faire suivre.

La journée passe, les minutes défilent, et toujours pas de résultats. Mardi, les membres du fil twitter de l’élection présidentielle en Côte d’ivoire ont attendu en vain l’annonce des résultats. Mercredi à 11h30 GMT, Gabnorev se demandait lui s’il allait « encore perdre une journée ».