Le terrorisme financé par le cannabis

Le Rif consacre quelque 600 hectares à la culture du kif et la récolte illicite du cannabis est la plus grande source de devises étrangères du Maroc. Un rapport qui a circulé parmi les fonctionnaires marocains et les diplomates occidentaux laisserait entendre que certains bénéfices du cannabis financeraient le terrorisme islamique, rapporte The Daily Telegraph.