Le grand Sud malgache menacé par la famine

6245 tonnes de produits alimentaires devraient être distribués dans les régions touchées par la disette. Encore que… de grandes incertitudes pèsent sur les moyens financiers du gouvernement.

Trois mois après les inondations catastrophiques dans le Nord, le sud de Madagascar est menacé de famine… pour cause de sécheresse. Environ 15 communes sont classées « difficultés alimentaires « , selon le jargon des autorités et de l’Union européenne qui, de conserve, ont établi un dispositif  » Système d’Alerte Précoce  » (SAP) pour s’en prémunir.

Selon le quotidien Midi Madagasikara, le SAP tend à déterminer en préalable de toute aide, les zones et les populations connaissant des pénuries alimentaires, la nature du soutien à apporter et les moyens de les mener à bout.

Pas un écu

Les quelques 230 000 personnes vivant dans les régions d’Ampanihy, de Tsihombe et d’Abovome, recevront 6 245 kilos de céréales. Soit 9kg par individu sur une période allant de juin à novembre prochain. Cette aide n’est pas gratuite. Elle entre dans le cadre d’activités dénommées VCT (Vivres contre travail).

Le SAP conseille en outre prévu de déclencher une opération  » pluies artificielles «  entre octobre et novembre.  » Reste à savoir si le gouvernement pourra débloquer les moyens financiers pour assurer ces aides « , s’interroge le quotidien.

A l’évidence, l’UE, prestigieux bailleur de fonds du SAP, n’a pas considéré que ce volet là méritait un écu.