La chute de Compaoré doit servir de leçon aux chefs d’Etat africains, selon Hollande

Dans une interview accordée aux chaînes de télévision France 24 et TV5 Monde et Radio France Internationale, le président français François Hollande a invité les chefs d’Etat africains à ne pas s’accrocher au pouvoir.

Dans une interview accordée aux chaînes de télévision France 24 et TV5 Monde et Radio France Internationale, le président français François Hollande a adressé un message on ne peut plus clair aux chefs d’Etat africains. « On ne change pas l’ordre constitutionnel par intérêt personnel », a déclaré François Hollande, évoquant ainsi le cas du président déchu Blaise Compaoré, chassé du pouvoir par le peuple qui protestait contre la modification de la Constitution qui lui aurait permis de se maintenir au pouvoir pour encore 15 ans de plus.

Pour François Hollande, le départ forcé du président burkinabè « peut servir de leçon à beaucoup de chefs d’Etat, pas seulement en Afrique ». Un message adressé à ses homologues africains à la veille du 15 ème sommet de l’organisation internationale de la Francophonie qui se déroulera le 29 et 30 novembre à Dakar, la capitale sénégalaise.

Plusieurs dizaines de chefs d’Etat sont attendus à ce sommet, où le sucesseur d’Abdou Diouf, ex-président du Sénégal et actuel secrétaire général de l’organisation sera désigné. La ville de Dakar, qui l’accueille, a été transformée en partie, et l’Etat sénégalais a emprunté plusieurs dizaines de milliards de Fcfa pour l’organisation de l’évènement très médiatisé au pays de la Téranga.