Jean Ping alerte : le Gabon « évolue vers un chaos généralisé »

Au Gabon, l’opposant Jean Ping continue de réfuter les résultats de la Présidentielle annoncés par le Commission électorale et s’est proclamé Président de ce pays d’Afrique Centrale. Il a mis en garde contre le risque d’embrasement du Gabon.

Le cafouillage se poursuit au Gabon où l’opposant Jean Ping continue de réfuter les résultats de la Présidentielle annoncés par le Commission électorale. Mieux, l’ancien président de la Commission de l’Union Africaine s’est proclamé, vendredi 2 septembre 2016, Président de ce pays d’Afrique Centrale.

Le Gabon semble traverser une crise politique depuis la réélection contestée du Président sortant Ali Bongo Ondimba. La tension ne retombe à Libreville après la réélection controversée du chef de l’Etat sortant Ali Bongo qui a provoqué des émeutes cette semaine. Les violences ont éclaté mercredi lorsque Ali Bongo, au pouvoir depuis 2009, a été déclaré vainqueur de justesse de l’élection présidentielle. Mais Jean Ping a dénoncé une imposture.

Lors d’une conférence de presse organisée dans la soirée de ce vendredi après avoir été libéré de son QG de campagne à Libreville, qui avait été encerclé par les forces de sécurité gabonaises, Jean Ping a tout bonnement déclaré : « Le Président, c’est moi ». Celui qui a été ministre des Affaires étrangères par ailleurs ancien président de la Commission de l’Union Africaine, insiste : « Le monde entier sait qui est le président de la République : c’est moi, Jean Ping ». « Notre pays évolue vers un chaos généralisé (…) L’apaisement ne peut survenir que si la vérité des urnes est rétablie et respectée », prévient-il.