Gbagbo menace l’opposition et sa presse de sanctionner « les dérives »

« Quand on parle au-delà des lois de la République, il faut savoir que si la République ne vous frappe pas, c’est parce que ceux qui la dirigent, pour le moment, ont décidé de ne pas vous frapper. Ce n’est pas parce que la République n’a pas les moyens. La République a toujours les moyens de frapper n’importe quel citoyen où qu’il se trouve », a déclaré mercredi Laurent Gbagbo. Le chef de l’Etat ivoirien s’exprimait face à la communauté tagbana, originaire de la région de Katiola, ville du Nord du pays. Il a par ailleurs indiqué que les élections présidentielles se tiendraient en juin 2008, indique Panapress.