Essais avec l’hydroxychloroquine : Raoult file une patate chaude aux journalistes français d’investigation

Le professeur Didier Raoult

Le professeur français Didier Raoult a chargé les journalistes d’investigation d’une mission essentielle. Une mission dont, curieusement, ils n’ont pas été aussi chargés par leurs rédactions : celle de savoir « pourquoi les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine ont été arrêtés prématurément », alors qu’ils donnaient de bons résultats dans le traitement du Coronavirus.

A la question, posée par Jean-Marc Morandini sur CNews, de savoir « est-ce que, aujourd’hui, vous continuez à dire que l’hydroxychloroquine marche », la réponse du professeur Didier Raoult est sans appel, puisqu’il demande tout simplement aux journalistes, aux journalistes d’investigation particulièrement, d’aller voir pour quelles raisons certains essais cliniques ont été arrêtés de façon prématurée.

« Si dans ce pays, il existe des journalistes d’investigation, moi je fais appel aux journalistes d’investigation. Je voudrais savoir pourquoi les deux essais comparatifs avec l’hydroxychloroquine qui ont été faits dans ce pays, Discovery et l’essai qui a été fait à Angers, ont été arrêtés prématurément, tous les deux, alors que l’hydroxychloroquine donnait des résultats supérieurs au placebo. Ça, c’est du travail de journaliste fait. Ce n’est pas jaser sur un plateau. Ça, ça m’intéresse ».

« Alors, il y en a un qui s’y est intéressé : celui de France Soir, pour l’instant. Mais je voudrais bien que des journalistes d’investigation interrogent les gens responsables de ces essais pour leur dire « mais comment se fait-il que vous les ayez arrêtés. Quel est le rationnel scientifique de l’arrêt d’un traitement qui a été mis en cours, qui est officiel, que vous l’arrêtiez prématurément, alors que vous n’aviez qu’une partie de ce que vous aviez prévu de faire, et que les résultats préliminaires sont en faveur de l’hydroxychloroquine. Ça, c’est une question intéressante ».

A la question du journaliste de savoir « si l’hydroxychloroquine marche, alors pourquoi ce n’est pas reconnu, pourquoi ça crée une telle polémique ? Est-ce parce que c’est un médicament qui n’est pas assez cher, ou parce que c’est vous qui en parlez ? Pourquoi est-ce qu’il y a autant de voix qui se lèvent contre l’hydroxychloroquine ? », Didier Raoult répond que son métier à lui n’est pas de convaincre le gouvernement actuel. « Je suis un scientifique et je fais ce que je dois faire… Je joue sur une autre échelle de temps. Le temps fera le tri de toutes ces excitations. Le tri, je sais bien comment il va se faire. Je ne suis pas inquiet… ».