Discours de Nicolas Sarkozy lors de la Journée de commémoration nationale des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions

Mesdames, Messieurs,

Nous sommes réunis, ce 10 mai 2008, pour célébrer la journée de « commémoration nationale des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leur abolition ».

En ce jour d’hommage solennel de la Nation, nous devons tous avoir à l’esprit les valeurs qu’incarne notre République, valeurs dont nous devons être fiers. C’est au nom de ces valeurs de liberté, d’égalité de fraternité que des femmes et des hommes se sont battus pour faire abolir l’esclavage.

Regardons cette histoire telle qu’elle a été. Regardons-la lucidement car c’est l’histoire de France.

Dès 1789, le principe universel de la dignité humaine a été posé : « Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit ». La force de ce message n’aurait dû souffrir aucune exception. Elle n’a pourtant pas suffi à l’émancipation des esclaves.

A l’époque, de nombreuses voix se sont élevées, celles de Rousseau, l’Abbé Grégoire, l’Abbé Raynal, pour défendre ces principes, pour dénoncer les horreurs de l’esclavage et condamner le commerce triangulaire des Noirs. Ces voix n’ont […]

Voir l’intégralité du discours sur le site de la Présidence française.