Didier Raoult : « Le Doliprane est plus dangereux que l’hydroxychloroquine »

Raoult Didier

Réagissant à la publication d’une étude sur la Chloroquine parue dans la revue spécialisée The Lancet, et qui a conclu à une inefficacité de la molécule face au Coronavirus, Didier Raoult, qui a qualifié cette enquête de « foireuse », a révélé que le Doliprane est plus dangereux que l’hydroxychloroquine.

L’étude est allée plus loin soulignant un risque de mortalité plus élevé chez les patients traités à l’hydroxychloroquine, ainsi que des cas d’arythmie cardiaque plus fréquents chez ces derniers. Sans doute que cette étude n’a pas pris en compte le Sénégal où les 1 500 cas guéris sur les 3 000 patients ont été traités à la Chloroquine.

« Comment voulez-vous qu’une étude foireuse faite avec les Big data change ce que nous, nous avons vu sur les électrocardiogrammes ? (…). Je ne vais pas changer d’avis parce qu’il y a une publication qui raconte autre chose, quel que soit le journal dans lequel elle passe », a réagi Didier Raoult, directeur de l’IHU de Marseille.

Ce lundi soir, l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), suite à la publication du Lancet, a annoncé, par la voix de son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, que les essais cliniques à base d’hydroxychloroquine allaient être suspendus temporairement afin d’évaluer correctement les potentiels bienfaits ou les possibles effets néfastes de ce médicament.

Dégoûté, Didier Raoult a contre-attaqué pour indiquer à ses détracteurs que « le Doliprane est plus dangereux que l’hydroxychloroquine (…). C’est la première cause d’intoxication dans les pays modernes au monde. C’est dangereux le Doliprane. Ça tue beaucoup ».

Un débat qui est loin d’être clos, car, si étude sérieuse peut se faire, avec des résultats concrets conformément au Protocole Raoult, cela doit passer par l’Afrique où les taux de mortalité sont relativement bas, notamment dans les pays connus pour avoir traité leurs patients à base de Chloroquine.

C’est le cas notamment du Sénégal (36 décès), du Maroc (200 décès) et autre Algérie (609 décès). Ce qui n’est pas le cas de l’Europe où le France, l’Espagne, l’Italie ont tous franchi la barre des 25 000 morts. Quant au Royaume Uni d’où est rédigé le magazine The Lancet, la barre des 36 000 décès de Covid-19 est franchie.