Didier Raoult évoque Charles De Gaulle et rassure : « Cela ne sert à rien de s’affoler » (vidéo)

Le Professeur Didier Raoult

Précisant qu’il lui est très difficile de s’alarmer s’agissant notamment de ce qui semble comme une nouvelle vague de Coronavirus, un peu partout dans le monde, notamment en France, le Professeur Didier Raoult, de l’IHU de Marseille rassure, donnant l’exemple du navire Charles De Gaulle où, sur 1 200 patients du Covid-19, il y a eu 20 cas graves et zéro décès.

« Il faut tester les gens, il faut les traiter. Quand on les teste et qu’on les traite, la mortalité est extrêmement faible. Les gens qui meurent sont d’ailleurs des gens qui ont des espérances de vie très très courtes… Un très bon exemple qu’il faut vraiment rapporter, c’est celui du Charles De Gaulle (navire français), sur lequel il y avait 1 700 personnes qui étaient concernées, 1 200 ont été positifs si mes souvenirs sont bons. Il y a eu une vingtaine de cas graves et zéro mort. Bien sûr, ce sont des gens qui ont moins de cinquante ans ou soixante ans ».

« Cela veut dire que si on fait le diagnostic des gens et qu’on s’en occupe, la mortalité, à part chez les gens qui ont une très faible espérance de vie, est très faible comme nous l’avons observé, nous, depuis le début. Donc, cela ne sert à rien de s’affoler. Ce qu’il faut, c’est faire comme on fait pour les maladies infectieuses. Il faut les (malades) diagnostiquer, en prendre soin ».

« Si les gens commencent à avoir une baisse de l’oxygène dans le sang, ce qui se mesure très facilement avec des petits instruments qui coûtent 20 euros, il faut se faire soigner, il faut recevoir de l’oxygène. Il y a d’autres moyens, les anti-coagulants. Après, l’Hydroxychloroquine, vous verrez petit à petit que les études se multiplient. IOn voit qu’elle réduit de 50% la mortalité chez les groupes qui sont susceptibles de mourir de cette maladie ».