Crise migratoire : l’UE se dote d’un nouveau corps de gardes-frontières

L’Union Européenne se dote d’un nouveau corps de gardes-frontières et gardes-côtes, dispositif inauguré à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie.

L’Europe se barricade davantage. En effet, l’Union Européenne se dote d’un nouveau corps de gardes-frontières et gardes-côtes. Ce dispositif sécuritaire est inauguré, ce jeudi 6 octobre 2016, à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie, point d’entrée des migrants.

L’objectif de l’Union Européenne, un an après un afflux inédit de demandeurs d’asile à ses portes, est de mieux protéger les frontières de l’UE et muscler sa politique migratoire. Les dirigeants européens ont symboliquement choisi d’inaugurer cette nouvelle force, qui remodèle l’agence Frontex, à la frontière entre Bulgarie et Turquie, principal point d’entrée terrestre des migrants lorsqu’ils contournent la périlleuse voie maritime via la Méditerranée.

Ses effectifs permanents atteindront un millier de personnes, plus du double de ceux de Frontex, au terme d’une montée en puissance progressive. Il pourra faire appel rapidement à une réserve de 1 500 gardes-frontières ou gardes-côtes nationaux, ainsi qu’à des équipements techniques, que les Etats membres auront l’obligation de mettre à sa disposition à partir de décembre 2016.