Covid 19, OMS : et si Trump avait raison ?

Tedros Adhanom Ghebreyesus, patron de l'OMS

Le Président des Etats-Unis d’Amérique, le très controversé Donald Trump, serait-il en passe d’avoir raison sur l’Organisation Mondiale de la Santé dans le cadre de la gestion de cette crise du Covid-19 ?

Le Président des Etats-Unis, Donald Trump, a décidé de geler la participation américaine au financement de l’Organisation mondiale de la Santé. La raison : le dirigeant américain reproche à l’organisme une mauvaise gestion de la pandémie qui a fait plus de 150 mille morts dans le monde. Le très controversé Trump, qui, du fait de sa nature, n’a quasiment jamais raison en cas de conflit, pourrait cette fois bénéficier d’une exception, pour la simple raison que l’OMS a un comportement des plus étranges.

Interdiction d’utiliser la Chloroquine

Alors que la Chloroquine est supposée traiter les malades de Coronavirus, l’Organisation mondiale de la Santé récuse le médicament qu’il déconseille contre le Covid-19, en prophylaxie comme en thérapie. Pendant ce temps, les morts s’enchainent dans le monde entier au point d’atteindre 165 mille cas de décès. Pourtant, cette molécule, connue à travers le monde entier, a, comme le stipule le Professeur Didier Raoult, été prescrite à des milliards de personnes. Mieux, ajoute le médecin français, « il y a encore quelques mois, ce médicament était vendu en pharmacie, sans ordonnance ». Comment comprendre dès lors que l’OMS puisse jeter l’opprobre sur cette molécule que d’éminents professeurs valident comme efficace contre le nouveau Coronavirus ?

Le Covid-Organics de Madagascar déconseillé

Alors que le débat sur l’utilisation ou non de la Chloroquine pour traiter les malades de Covid-19 n’est toujours pas clos, voilà que l’OMS, qui ne donne toujours pas de solution face à cette crise sanitaire, s’oppose à l’utilisation d’un nouveau médicament proposé par les scientifiques de Madagascar. Il s’agit du Covid-Organics  dont l’OMS déconseille l’utilisation sous toutes formes. En lieu et place de mettre ce médicament sous réserve, le temps qu’il sauve ces milliers d’Européens (Italiens, Français, Espagnols) et d’Américains qui meurent chaque jour, pour dans le même temps, procéder à son expertise, l’OMS met une croix sur ce médicament. Et ne propose rien de concret comme alternative. Alors que le monde vit une urgence sanitaire.

L’OMS accusée de gonfler les chiffres

Ce lundi, l’OMS annonce un chiffre record de 44 482 cas de Coronavirus en Afrique, alors que le continent, à la même date, ne compte que 22 630 cas de personnes atteintes de Covid-19. Suffisant pour que la presse sénégalaise, notamment le journal L’AS, accuse l’Organisation mondiale de la Santé de « jouer les cassandre ». Ce comportement de l’OMS est d’autant plus alarmant que l’organisme, comme le souligne le journal, ne cesse de multiplier les prévisions apocalyptiques pour le continent.

Un comportement de l’OMS qui s’affiche comme étant réfractaire à la résolution précoce de cette crise sanitaire. Ce qui pourrait justifier en partie la réaction de Donald Trump qui a décidé de sanctionner l’organisme.

A lire : Coronavirus : le Sénégal valide l’Artemesia et met au défi l’OMS

A lire : Coronavirus : Institut Pasteur et OMS, le scandale !