Covid-19 : Macky Sall et Macron, un « deal » qui a mal tourné ?

Le Président français, Emmanuel Macron, et son homologue sénégalais, Macky Sall

Le Président du Sénégal, Macky Sall, serait-il en train de faire les frais du non-respect d’un engagement de sa part qu’attendrait le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, et qui n’a pas été respecté ? Mais de quel engagement s’agit-il ? Les derniers développements laissent penser à un « deal » qui a mal tourné. Explications.

Le 2 avril dernier, le chef de l’Etat du Sénégal, Macky Sall, annonçait, à grands fracas, avoir eu « un échange fructueux » avec son homologue français, Emmanuel Macron. Selon des révélations du dirigeant sénégalais, il était question « d’harmoniser nos plans de lutte contre le Covid-19, et surtout d’étudier les moyens de résilience économique et sociale de l’Afrique face à la pandémie et à ses effets sur le plan structurel ». Le chef de l’Etat sénégalais, avait auparavant discuté, par téléphone, avec son homologue ivoirien, Alassane Ouattara.

Sur quoi devait reposer cette harmonisation ? Fallait-il, comme cela se fait en France, suivre les lobbies pharmaceutiques et laisser les Sénégalaises et les Sénégalais mourir par milliers, alors que cette situation en France pouvait, comme ne cesse de le crier Didier Raoult, être évitée grâce à la Chloroquine ? En tout cas, Macky Sall, a pris un chemin tout autre, et il l’a révélé vendredi 18 avril dernier, aux reporters de RFI et France 24. Est-ce pour cette raison que la France a décidé de ne plus fournir au Sénégal des médicaments essentiels, notamment efficace contre le Covid-19 ? C’est tout comme. Le Sénégal a toutefois décidé de ne pas attendre que les malades soient en phase critique pour leur administrer la Chloroquine, a clairement signifié Macky Sall.

A lire : Sénégal, Covid-19 et Chloroquine : Macky Sall « salue le travail de Didier Raoult »

L’ancien Président poète du Sénégal, Léopold Sédar Senghor disait : « L’émotion est Nègre et la raison Hélène ». En effet, Macky Sall, en bon Nègre, n’a pas le cœur à regarder les Sénégalaises et les Sénégalais mourir comme des mouches, sans lever le plus petit doigt. Le dirigeant sénégalais, pour rien au monde, ne peut troquer la vie d’un Sénégalais pour des intérêts quelconques, surtout pas de lobbies pharmaceutiques. Car, il faut vraiment être cruel, pour regarder, impassible, des personnes foncer tout droit vers la mort sans tenter de leur donner cette fameuse Chloroquine. « Ce médicament, qui, il y a quelques semaines, se vendait encore en pharmacie sans ordonnance », pour reprendre Didier Raoult.

Dommage que des pays comme la France en soient arrivés à regarder les gens mourir comme des gnous pris au piège dans un fleuve, sans pour autant donner une explication cohérente quant au refus de tenter la Chloroquine comme traitement, dès les premières apparition de symptômes du Covid-19. La raison, Hélène, est passée par là. En France, l’heure est encore et toujours à la calculette. pour trouver quoi ? Pour gagner quoi ou plutôt combien ?

J’ai également eu un échange fructueux avec le Pdt @EmmanuelMacron. Nous sommes convenus d’harmoniser nos plans de lutte contre lE et surtout d’étudier les moyens de résilience économique et sociale de l’Afrique face à la pandémie et à ses effets sur le plan structurel.

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité