Congo, une campagne de dépistage du SIDA chez les forces de l’ordre

Le ministre congolais à la Présidence chargé de la Défense nationale, des Anciens combattants et des Mutilés de guerre, Jacques Yvon Ndolou, a lancé lundi à Brazzaville la première campagne de dépistage anonyme et volontaire du VIH/SIDA chez les forces de sécurité.

L’objectif de cette campagne est de réduire la propagation de cette maladie en milieu militaire et policier, la couche la plus touchée par la pandémie au Congo.

Les opérations débuteront réellement le 28 juillet prochain pour s’achever le 3 août et les résultats seront disponibles dans la période du 7 au 12 août.

Deux prestataires des Centres de dépistage anonyme et volontaire (CDAV) pratiqueront le conseil post-test dans un local fermé situé dans la caserne (ou le site) concernée.

Des véhicules seront réquisitionnés pour le transport pendant cinq jour des volontaires au dépistage de la caserne vers le CDAV le plus proche.

Après le test, chaque volontaire au dépistage du VIH/SIDA recevra la somme de 500 FCFA comme frais de transport retour des CDAV vers sa structure d’origine.

« Il est de notoriété publique que la précocité du diagnostic permet de combattre efficacement cette maladie à travers un traitement idoine et une prise en charge psychologique appropriée », a indiqué le ministre Ndolou, invitant les agents de la force publique à considérer le test de dépistage comme un examen biologique de routine.

Le général Ndolou a salué l’organisation et le lancement de cette campagne soulignant que cette initiative reflète la réalité d’une exigence, à savoir la volonté de préserver la vie humaine longtemps menacée par le VIH/SIDA dont le taux de prévalence est de 4,3% dans la force publique à Brazzaville.