Accueil Société Choléra et typhoïde à Djibouti : le quart de la population n’a...

Choléra et typhoïde à Djibouti : le quart de la population n’a pas accès aux toilettes

Étant donné que de vastes quantités d’aide arrivent dans les coffres du gouvernement et que sa position stratégique est l’une des voies de navigation les plus fréquentées, Djibouti devrait figurer parmi les pays les plus riches du continent africain. Cependant, l’ironie est que le petit pays situé sur la côte orientale de l’Afrique est parmi les plus pauvres, caractérisé par une crise des eaux usées qui a conduit à une éruption de maladies d’origine hydrique telles que le choléra et la typhoïde.

Les enfants sont les premières victimes de la crise provoquée par le niveau insuffisant d’assainissement dans le pays, qui compte environ 1 million de personnes. Dans les zones rurales, trois personnes sur quatre n’ont pas accès aux toilettes et se soulagent dans la brousse. Dans la capitale, la ville de Djibouti, où vit la moitié de la population du pays, un quart de la population n’a pas accès aux toilettes.

Dans la Corne de l’Afrique une zone sèche et avec seulement 20 centimètres de pluie ou moins de 10 pouces de pluie par an, l’eau est en demande à Djibouti. Les villages reposent souvent sur un ou deux puits, dont beaucoup sont maintenant contaminés par des bactéries liées aux déchets humains. Les 26 300 réfugiés d’Erythrée, d’Ethiopie, de Somalie et du Yémen ont aggravé le problème.

Cependant, Radwan Bahdon, le directeur de l’assainissement du gouvernement, a déclaré que la situation était sous contrôle. Une nouvelle installation d’assainissement financée par l’Union européenne (UE) fonctionne, a-t-il ajouté. «Jusqu’en 2014, les eaux usées étaient déversées dans la mer sans traitement», a déclaré M. Bahdon. Les fonctionnaires blâment l’administration du président Ismaïl Omar Guelleh, au pouvoir depuis 1999 après avoir succédé à son oncle – Hassan Gouled Aptidon – qui avait régné depuis l’indépendance de la France en 1977.

Guelleh, dont le gouvernement est accusé de violations des droits de l’homme, a conservé le pouvoir avec 90% des voix en février dernier. Au fil des ans, d’importantes quantités d’aide ont été versées au Trésor, mais le pays n’en a guère profité. Les critiques accusent Guelleh et sa famille ainsi que les plus proches conseillers d’avoir un poids significatif dans l’économie. Malgré la pauvreté extrême qui frappe la majorité, Guelleh s’est récemment envolé pour la Chine dans un avion présidentiel.

Les économistes avertissent que la dette de Djibouti est proche de la totalité de son PIB, mais M. Guelleh n’a montré aucun signe de ralentissement de l’opulence. « A Djibouti, nous sommes confrontés à une dynastie familiale fondée sur les souffrances de moins d’un million de personnes« , a déclaré le chef de l’opposition, Daher Farah. Malgré sa petite taille en tant que huitième plus petit pays d’Afrique, avec 23 200 km2, Djibouti est influent. C’est la seule base militaire permanente des États-Unis en Afrique, située à Fort Lemonier, non loin du palais présidentiel.

La France a sa plus grande unité de la Légion étrangère à Djibouti. L’année dernière, la Chine a ouvert sa première base militaire à l’étranger à Djibouti avec de la place pour plus de troupes que les missions américaine et française réunies.

En ce qui concerne le commerce, Djibouti se trouve sur l’une des voies maritimes les plus fréquentées au monde. C’est la seule route entre l’océan Indien et le canal de Suez, un point de passage entre l’Afrique, l’Inde et le Moyen-Orient. Les prêts de la Chine ont financé la construction d’un nouveau chemin de fer en direction de l’Éthiopie et les grues planant au-dessus du port et de la ville.

Le gouvernement gagne des millions de navires de passage. Cependant, plus tôt cette année, M. Guelleh a signé un décret de dépossession de la société de Dubaï, DP World, de son contrat de 50 ans portant sur la gestion du port à conteneurs. Lorsqu’un tribunal d’arbitrage de Londres s’est prononcé en faveur de DP World, le gouvernement a publié une déclaration selon laquelle il ne reconnaîtrait pas le verdict.