Centrafrique : tirs à Bangui à l’annonce des candidats à la Présidentielle

Des tirs ont été entendus et des barricades érigées dans la capitale centrafricaine, Bangui, après l’annonce des candidatures à la Présidentielle ce mardi.

La Centrafrique de nouveau sous tension alors même que les élections approchent à grands pas. Des barricades ont été érigées et des tirs entendus, ce mardi 8 décembre 2015, dans la capitale centrafricaine, Bangui. « Barricades et tirs ont été signalés dans au moins huit quartiers de Bangui », affirme l’ambassade de France, dans un message de sécurité envoyé par SMS, qui recommande à ses ressortissants d’éviter ces secteurs et de limiter les déplacements au strict nécessaire.

Ces violences interviennent après l’annonce des 29 candidats qui participeront à la Présidentielle centrafricaine, prévue le 27 décembre. La Cour constitutionnelle de transition les a validées après avoir rejeté 15 candidatures, dont celle de François Bozizé. La présidente de Transition, Catherine Samba Panza, ne pouvait être juridiquement candidate. Parmi les candidats, figurent les poids lourds de la classe politique dont Martin Ziguelé, Anicet-Georges Dologuélé, ou encore Karim Meckassoua.

La situation politique et surtout sécuritaire est toujours très fragile en Centrafrique, au point que certains observateurs se demandent si le pays est prêt à organiser la Présidentielle censée résoudre la crise. Depuis la chute de François Bozizé, renversé par l’ancienne coalition séléka, la Centrafrique vit dans la tourmente.

La violence est omniprésente dans le pays, y compris dans la capitale Bangui, malgré le déploiement des troupes françaises et la force de l’ONU. Le reste du territoire est incontrôlé, et à la merci de groupes armés qui y font la loi, menant de nombreuses exactions, terrorisant la population.