Candidats versatiles au Ghana

La chronique électorale enregistre des mouvements aussi divers que peu explicables, à quelques jours des élections du 7 décembre.

A une semaine des élections législatives et présidentielle du 7 décembre, le Ghana vit dans l’agitation croissante d’une chronique électorale de plus en plus fournie. Après la décision de se retirer prise par dix-neuf candidats à la députation, on enregistrait hier le refus de participer à un débat télévisé des deux principaux candidats à la présidence.

Le retrait des dix-neuf candidats aux législatives profitera, selon toute vraisemblance, au parti majoritaire du Congrès démocratique national (NDC), même si seuls deux d’entre eux ont déclaré ouvertement leur allégeance au NDC.

Plutôt sur le terrain

Parmi eux, neuf se présentaient en tant qu’indépendants. Ils faisaient partie du maigre contingent des 55  » Indépendants « , sur le total des 1 063 participants qui se disputeront les 200 sièges de l’Assemblée nationale. Le nombre de ces candidats indépendants est en retrait par rapport aux élections de1996, cependant que le nombre total de candidats a augmenté de 73 %.

Sur le front présidentiel, les deux principaux candidats, l’actuel vice-président de la République John Atta Mills (NDC) et son challenger John Kufuor – actuellement en tête des sondages – ont décliné l’invitation à participer au second d’une série de débats télévisés financés par l’Union européenne. Kufuor a dit préférer  » aller sur le terrain pour convaincre les électeurs de voter « . Quant à Mills, il a déclaré  » ne pas voir l’intérêt de participer à un débat sans Kufuor « .

Retrouvez ici notre article présentant les élections