Cameroun : l’armée a tué 17 combattants de Boko Haram, selon le gouvernement

Le gouvernement a annoncé, ce mardi, que les les forces de défense et de sécurité ont infligé de « lourdes pertes » au groupe terroriste Boko Haram, tuant dix-sept terroristes et procédant à une dizaine d’arrestations.

Le Cameroun toujours à la traque de Boko Haram. Dans une déclaration à la radio télévision publique CRTV, le gouvernement a annoncé que les forces de défense et de sécurité ont infligé de « lourdes pertes » à l’organisation terroriste Boko Haram, tuant notamment dix-sept combattants du groupe armé, procédant à une dizaine d’arrestations, sans oublier la saisie d’un important stock d’armes et de munitions, rapporte l’agence de presse Apanews.

Dans le même temps, les autorités camerounaises ont révélé que les deux policiers enlevés par les terroristes, le 4 janvier 2016, dans la localité de Dabanga, frontalière du Nigeria, ont été retrouvés morts sur le sol nigérian. Leurs corps ont été rapatriés au Cameroun.

Cette offensive des forces camerounaises intervient après la quadruple attaque suicide de lundi, au marché de la localité de Bodo, dans l’Extrême-nord, qui a fait 32 morts et 60 blessés, selon un bilan rendu public par le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, par ailleurs porte-parole du gouvernement.

Il s’agit de l’une des attaques les plus importantes dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, régulièrement attaquée par Boko Haram. Depuis 2013, date à laquelle le groupe terroriste a débuté ses raids dans cette zone, au moins 1200 personnes ont péri, selon un bilan publié en janvier par les autorités camerounaises.