Burkina Faso : Mutinerie à Fada N’Gourma ?

Vent de contestation sur l’armée burkinabè. Des militaires du 32e régiment d’infanterie commando de Fada N’Gourma, à 220 km à l’Est de Ouagadougou, près de la frontière nigérienne, ont ce lundi 28 mars, encerclé et tiré sur le palais de justice de la ville en exigeant la libération d’un des leurs, qui aurait été condamné pour viol. « Ils arrêtent les civils et les délestent de leurs biens, l’argent surtout. Ils ont également retiré des véhicules », a témoigné à Afrik.com, une source contactée sur place. Selon certaines sources, les militaires récuseraient l’autorité de leur commandement. Dimanche déjà, les magistrats de Fada N’Gourma, sentant le danger, avaient déserté la localité. Cette grogne des militaires de Fada N’Gourma vient en écho à celle de ceux de Ouagadougou, qui, dans la nuit du 22 au 23 mars, ont exigé et obtenu, à coups de fusils, la libération de cinq autres militaires condamnés en première instance par le tribunal civil de Ouagadougou, à être radiés de l’armée suite à une affaire de mœurs avec un civil. La libération des incriminés avait soulevé le courroux des magistrats et des avocats burkinabè qui, depuis le 24 mars, ont initié une grève de protestation jusqu’à nouvel ordre.