Arche de Zoé : les Français pourront exécuter leur peine dans leur pays, rappelle Rachida Dati

Le ministre français de la Justice, Rachida Dat,i a rappelé, mardi, que la France et le Tchad avait signé une convention en 1976 qui prévoie des possibilités réciproques d’extradition de personnes « poursuivies ou condamnées par les autorités judicaires de l’autre de l’Etat ». Selon cet accord, les français accusés dans l’affaire de l’Arche de Zoé devraient exécuter leur peine dans leur pays, en cas de condamnation au Tchad, relate 20 minutes.