Amnesty International épingle le Département du Renseignement et de la Sécurité algérien

Dans son dernier rapport 2006, Amnisty International dénonce l’utilisation de la torture par le Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) algérien. Ce service de renseignement de l’armée, spécialisé dans la lutte antiterroriste, n’est supervisé par aucune institution civile, rapporte Libération.