Algérie : peines de prison avec sursis au procès de la chaîne KBC

La justice algérienne a prononcé, ce lundi 18 juillet 2016, des peines d’un an et de six mois de prison avec sursis au procès de la chaîne privée KBC. De son côté, la défense a accusé le gouvernement d’avoir fabriqué le dossier d’accusation. Le tribunal correctionnel d’Alger a condamné une fonctionnaire du ministère de la Culture, Nouria Nédjaï, à un an avec sursis et le directeur de KBC, Mehdi Bénaïssa, ainsi que le producteur d’une émission satirique diffusée par cette chaîne, Riad Hartouf, à six mois avec sursis. Le parquet avait requis deux ans avec sursis contre les trois prévenus, placés en détention préventive le 24 juin 2016. Le tribunal a ordonné leur remise en liberté immédiate.