20 juin 2018 / Mis à jour à 17:36 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Venezuela - Racisme - Autre Afrik
Une analyse du racisme historique et contemporain subi par les afrovénézuéliens

À travers neuf chapitres résultant d’une enquête basée sur le calibrage des différentes sources et témoignages, Mejorando la raza (Améliorer la race) expose la vigueur de la discrimination raciale au Venezuela.

Ce livre écrit par le journaliste et spécialiste en Histoire Américaine, Humberto Jaimes Quero, a été récemment présenté à la librairie El Buscón, situé dans le Trasnocho culturel, Paseo Las Mercedes.

’’Les vieilles pratiques discriminatoires de la vie coloniale n’ont toujours pas disparu dans notre société. Elles ont été re-canalisées par le biais des concours de beauté, de la publicité, de la mode, de la télévision et dans d’autres domaines où, par conséquent, se sont renforcés certains stéréotypes de la beauté et de la réussite sur la base des caractéristiques phénotypiques et de la stratification socio-économique des personnes . " C’est ainsi que Jaimes Quero décrit lui-même la prémisse fondamentale de son texte.

L’auteur explique à travers un communiqué de presse, que Mejorando la raza (dé)montre, par exemple, l’utilisation des différences phénotypiques dans les campagnes publicitaires en comparaison avec la manière dont l’État les présente.

"Les talents au teint foncé sont généralement utilisés pour représenter la pauvreté et les couches sociales peu prestigieuses, tandis que que ceux d’origine nordique ou européenne représentent la richesse et le grand prestige. Par contre, la propagande de l’État tend à donner une valeur positive aux personnes ayant des traits africains et indigènes. Tout cela a une influence sur l’imaginaire collectif. "

En plus de décrire les formes de discrimination qui continuent de s’’applique dans le pays, Jaimes Quero propose quelques alternatives pour lutter contre ces pratiques discriminatoires : ’’Reconnaitre l’existence de la discrimination ; générer des discussions sur le sujet, mais éloignées de l’extrémisme politique et partisan ; encourager les propositions entre les parties impliquées ; rompre avec l’association du phénotype et de la classe sociale qui se répète tant dans l’industrie du divertissement, entre autres. De cette manière, la réconciliation au sein de la société pourra progresser."



à la une



afrik-foot