31 juillet 2014 / Mis à jour à 01:41 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Sénégal - Guerre - Justice - Politique - Crime et banditisme
Sénégal : lancement du procès d’Hissène Habré

Le ministre de la justice sénégalaise, Aminata Touré, a annoncé ce mardi le lancement du procès, à Dakar, de l’ancien président tchadien Hissène Habré au début du mois de février prochain.

Tout est fin prêt pour juger l’ancien président tchadien Hissène Habré, selon le ministre de la Justice, Aminata Touré. « Je crois que pour les 20 ans que nous avons attendus, un retard de quatre semaines ce n’est pas long et, aujourd’hui, il n’y a plus d’obstacle juridique légal pour que ce procès se tienne, a-t-il déclaré. Nous avions promis de tenir le délai d’ici la fin du mois. Nous accusons un petit retard de quatre semaines, mais nous sommes optimistes que nous serons en mesure de débriefer le procès d’ici février (sic) ». Cette décision des autorités survient six mois après un accord signé avec des institutions internationales. Des magistrats ont été recrutés pour le bon fonctionnement du procès.

Selon l’accord signé entre le gouvernement du Sénégal et l’Union africaine (UA) au mois d’août 2012, huit milliards de FCFA (12 195 921 euros) seront mobilisés pour assurer le bon fonctionnement du procès, grâce à la contribution des pays comme le Luxembourg et le Tchad mais aussi la participation de l’Union européenne (UE) et de l’UA. Le garde des sceaux sénégalais avait invité l’UA à respecter les accords. Aujourd’hui, tout est en place pour le démarrage du procès d’Hissène Habré accusé d’avoir ordonné l’exécution de plus de 40 000 personnes, selon une commission d’enquête tchadienne.

Après huit années au pouvoir, Hissène Habré vit s’est exilé en 1990 à Dakar, après la chute de son régime. L’ancien régime du Président Abdoulaye Wade avait accepté en 2006 de juger Habré à la demande de l’Union africaine. Mais ce procès n’a jamais eu lieu alors que plusieurs demandes d’extradition pour juger Habré ont été lancées par la CPI.


lire aussi
Des rebelles lourdement armés du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC) ont attaqué la localité touristique de Kafoutine située à 75km de la ville de Bignona (sud). Des boutiques et...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles