16 décembre 2017 / Mis à jour à 07:53 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
RDC
RDC : selon le gouvernement, les accusations de Human Rights Watch sont gratuites et fantaisistes

Le ministre de La Défense nationale a qualifié les accusations de l’ONG américaine Human Rights Watch « d’allégations grossières de nature à discréditer gratuitement notre armée ». Dans un rapport publié ce lundi, HRW accuse la RDC d’avoir utilisé 200 miliciens issus du M23.

Dans un courrier adressé à Ida Sawyer, directrice pour l’Afrique Centrale à HRW, Crispin Atama Thabe l’invite "à se référer à la Monusco avec laquelle nous avons effectué en vain plusieurs missions en Ouganda tout comme au Rwanda, pour tenter de convaincre ces rebelles à regagner le pays car ils sont amnistiés", soulignant par la même, la légèreté avec laquelle cette enquête à été menée.

"Ces accusations, purement gratuites et non étayées de la part d’une organisation étrangère acquise à l’opposition, ne visent en réalité qu’à déstabiliser le président Joseph Kabila. Il ne s’agit que d’un moyen de pression pour tenter d’obtenir son départ", déplore un député national pour qui l’instrumentalisation politique ne fait aucun doute. "Pourtant, le chef de l’Etat a une mission : permettre l’organisation des élections dans les meilleures conditions", ajoute-t-il avant de conclure : "la communauté internationale compte sur Joseph Kabila".



à la une




communiqués

afrik-foot