19 décembre 2014 / Mis à jour à 22:40 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Etats-Unis - Ouganda - RDC - Rwanda - Conflit - Coopération - Crime et banditisme
RDC : le chef du M23 dans le collimateur des Etats-Unis
Crédits photo : http://www.radiokivu1.com/

Depuis le mois de mai, l’armée régulière congolaise affronte les mutins du Mouvement du 23 mars (M23) au Nord-Kivu, province située à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Sultani Makenga, chef des ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), vient d’être placé sous liste noire par les Etats-Unis.

Sultani Makenga sanctionné par les Etats-Unis. Le pays vient, en effet, de placer le chef des mutins du Mouvement du 23 mars (M23) sur sa liste noire des personnes physiques ou morales sanctionnées dans le cadre du conflit armé qui oppose, depuis le mois de mai, l’armée régulière congolaise aux ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), au Nord-Kivu, province située à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Selon le ministère américain des Finances, Sultani Makenga est à l’origine « d’horreurs à grande échelle commises contre la population de RDC, notamment du recrutement d’enfants soldats et de campagnes de violence contre les civils », rapporte RFI. Et d’ajouter : « Le Trésor américain affirme également que le M23 a reçu des cargaisons d’armes, en violation de l’embargo international qui vise la République démocratique du Congo ».

Le M23 sanctionné

Les Etats-Unis ont alors décidé de geler l’éventuelle fortune de Sultani Makenga placée sur le sol américain.

L’ONU a, elle-aussi, sanctionné le chef des rebelles, en l’interdisant de voyager et gelant ses avoirs. « Ces sanctions contre Sultani Makenga montrent que le monde ne restera pas inactif devant les atrocités commises sous ses ordres par le M23 », a déclaré ce mardi sur le compte Twitter l’ambassadrice américaine à l’ONU Susan Rice.

Le conflit armé entre les mutins du M23 et l’armée congolaise a engendré le déplacement de plus de 500.000 Congolais. Plusieurs rapports de l’ONU ont accusé l’Ouganda et le Rwanda de soutenir les mutins du M23, en leur fournissant notamment des armes et munitions. Après les Etats-Unis, les Pays-Bas, la Suède, la Belgique a, à son tour, décidé de suspendre sa coopération militaire avec Kigali. Le pays signale qu’il ne peut en aucun cas former des militaires qui participent à la déstabilisation de la RDC. Jusqu’à présent, l’Ouganda et le Rwanda ont toujours démenti ces accusations.


lire aussi
Le conflit au Nord-Kivu, province située à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC), dure depuis le mois de mai. L’armée régulière congolaise y affronte les mutins du Mouvement du 23 mars (M23)....

Jean-Pierra Bemba, emprisonné pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, aux Pays-Bas, a lancé ce lundi 12 novembre un appel adressé aux...

Selon nos informations, la tuerie de ce dimanche à Saké, à 30 minutes de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, aurait été perpétrée par un groupe de militaires insurgés des Forces armées de la...

Après trois mois de trêve, les affrontements ont repris ce jeudi dans le Nord-Kivu entre les Forces armées de la République Démocratique du Congo et les mutins du Mouvement du 23 mars. Cette reprise...

A la suite de l’offensive menée ce samedi et dimanche, les mutins du Mouvement du 23 mars (M23) ne sont plus qu’à 5km de la ville de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, à l’Est de la...

Le Mouvement du 23 mars (M23) avait laissé 24 heures au gouvernement congolais pour « l’ouverture de négociations politiques directes et la démilitarisation totale de la ville et de l’aéroport de Goma...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles