25 septembre 2017 / Mis à jour à 05:28 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Etats-Unis - RDC - Conflit
RDC : cinq militaires congolais tués lors de l’opération de sauvetage d’une journaliste américaine

Cinq militaires congolais ont trouvé la mort lors de l’opération de sauvetage d’une journaliste américaine et de trois gardes forestiers enlevés par des miliciens Maï-Maï en Ituri, dans le nord-est de la République Démocratique du Congo.

Cinq gardes forestiers ont été tués dans une opération conjointe avec l’armée pour sauver une journaliste américaine et trois gardes du parc enlevé dans la réserve dans l’est de la République démocratique du Congo, a déclaré dimanche un responsable local.

Des hommes armés avaient attaqué le groupe de journalistes et de rangers vendredi soir dans la réserve faunique d’Okapi dans le territoire de Mambasa. Trois gardes et la journalistes américaines ont été capturés alors que les autres membres du groupe, y compris deux journalistes hollandais, se sont échappés.

Cosma Wilungula, responsable du service du parc du Congo, a confirmé que les journalistes et les gardiens avaient été sauvés d’un groupe de combattants des milices Maï-Maï impliqués dans l’exploitation de mines d’or à l’intérieur de la réserve. et de préciser concernant l’attaque initiale "C’est une zone qui n’est pas sécurisée pour nous ... Ils étaient fortement armés et les gardes forestiers se trouvaient dans une position inférieure", a déclaré Wilungula en se référant à l’attaque initiale.

L’administrateur de Mambasa, Alfred Bongwalanga, a déclaré que les forces de sécurité et les gardiens de parc avaient lancé une opération de sauvetage qui a permis la libération des prisonniers, mais avec des pertes importantes : "Il y a cinq morts. Ce sont tous des gardiens de parc qui ont participé à l’opération. Ils avaient soutenu l’armée", a-t-il déclaré à Reuters.

Le Congo oriental a été le théâtre de nombreuses guerres et soulèvements au cours des deux dernières décennies, et les rebelles, les combattants et les bandits de la milice présentent toujours un risque de sécurité dans de nombreux domaines.

Les gardes forestiers qui tentent de protéger les populations d’éléphants et de gorilles qui diminuent sont souvent en conflit avec des braconniers et d’autres groupes armés qui exploitent les minéraux, la faune et d’autres ressources.



à la une




communiqués

afrik-foot